Carte Postale Ancienne : L’église de Chéronnac , l’Abbé PANNETIER

Carte Postale Ancienne : L'église de Chéronnac et l' Abbé PANNETIER

Le troisième thème de cette série d’articles concerne une carte postale ancienne. N’ayant pas de carte postale envoyée par mes ancêtres, je me suis tournée vers le livre de Jacqueline LAPOUGE : « Hier, au Pays des Feuillardiers » .

Le Feuillardier fabrique des cercles en lattes de châtaigner que l’on appelle des Feuillards pour entourer les tonneaux. Ce métier a été très fortement exercé en Haute-Vienne où je suis installée maintenant.

En parcourant son livre, j’ai trouvé une Carte Postale Ancienne : L’église de Chéronnac et l’ Abbé PANNETIER.

Chéronnac étant un petit village proche de chez moi, je décide donc de partir à la découverte de l’histoire de cet abbé PANNETIER.

Madame LAPOUGE raconte comment l’abbé a trouvé la mort dans un stupide accident de carriole. Cette triste histoire m’a donné envie de découvrir un peu plus  l’histoire de cet abbé.

Carte Postale Ancienne : L'église de Chéronnac et l' Abbé PANNETIER
extrait du livre de Jacqueline LAPOUGE : "Hier, au Pays des Feuillardiers"

1 : Le début de la vie civile de l'Abbé PANNETIER et sa famille

Le 12 mai 1854 à CROSMIERES dans la SARTHE est né René Frédéric Casimir PANNETIER .

Carte Postale Ancienne : L'église de Chéronnac et l' Abbé PANNETIER
Archives départementales de la Sarthe , acte de naissance de René Frédéric Casimir Pannetier , Crosmières, cote 5Mi 117_8-9

Ses parents sont Mathurin PANNETIER , vitrier peintre de 26 ans, et Marie COTTEREAU 24 ans.

Son père Mathurin PANNETIER est originaire de VERRON (La Flèche) dans la SARTHE où il est né le 17 Aout 1827 et Marie COTTEREAU est née à CROSMIERES le 23 Juin 1829. Ils se sont mariés à Crosmières en 1850 le 26 novembre. Lui avait 23 ans et elle 21 ans.


De leurs amours, naquit René Frédéric Casimir PANNETIER en 1854. Il n’y a pas eu de frère et de sœur. 

Mais en 1866, selon le recensement de Crosmières, le neveu de Marie Cottereau, et donc, le cousin de René, Louis COTTEREAU habite avec eux au hameau de l’Hermitage commune de Crosmières.

Extrait recensement Crosmières , Archives départementales SARTHE cote 2 Mi 289 _ 97

Sa mère décède le 30 mai 1884 à Crosmières à l’âge de 54 ans. Son père épousera ensuite le 28 juin 1885 à Crosmières Anne Antoinette GONABAULT puis décédera à Crosmières le 6 mars 1898 à l’âge de 70 ans.

Carte Postale Ancienne : L'église de Chéronnac et l' Abbé PANNETIER: arbre généalogique de l' Abbé PANNETIER
Ascendance de René Frédéric Casimir PANNETIER

Les grands-parents sont originaires de la SARTHE :

Son grand-père paternel Mathurin PANNETIER ou PANTIER est né à BOUSSE. Il a épousé en secondes noces la grand-mère paternelle Marie Lemonnier née à LA FLECHE. Ils étaient cultivateurs sur VERRON. René Frédéric Casimir n’a pas connu son grand-père puisque décédé le 22 août 1847 avant le mariage de ses parents. Sa grand-mère travaillera en tant que Journalière sur Crosmières et décédera le 19 juillet 1878 à La Flèche (sa ville natale) à l’âge de 80 ans.

Son grand-père maternel René COTTEREAU est originaire de CROSMIERES et exerce le métier de Tailleur de pierres. Il a épousé en secondes noces Madeleine DRONNE, la grand-mère maternelle originaire de LUCEAU. Ils décèderont tous les deux à Crosmières le 16 janvier 1866 pour René et le 3 janvier 1859 pour Madeleine.

Visualisation géographique , carte Google

2 : Sa vie militaire : L' Abbé PANNETIER devient aumônier

René Frédéric Casimir PANNETIER n’a pas réalisé son service militaire. Selon le registre militaire ci-dessous, il a été dispensé de ses obligations, car il est entré dans les ordres majeurs le 6 avril 1878 à l’âge de 24 ans. Il a été ordonné prêtre à Limoges le 21 septembre 1878.

rCarte Postale Ancienne : L'église de Chéronnac et l' Abbé PANNETIER: registre militaire de l' Abbé PANNETIER
Extrait registre militaire , archives départementales de la Sarthe , cote 1 R 890

Selon le site « Ecole Navale / Espace tradition / Officiers célèbres  » créé par Jean Christophe ROUXEL : à partir de 1880, la marine fait appel à des prêtres pour accompagner les marins dans toutes les expéditions coloniales de la Troisième République : Tunisie, Indochine, Madagascar , Océanie.

C’est ainsi que René Frédéric Casimir PANNETIER devient aumônier de marine à la fin de son ordonnancement comme prêtre. 

Il entre le 26 mars 1884 en qualité d’Aumônier de 2ème classe à l’Hôpital maritime de ROCHEFORT.

Au 1er janvier 1885,il est sur le transport « BIEN-HOA« , Service des transports (Henri MAUZAC, Commandant) et au 1er janvier 1886, sur le « VINH-LONG« .

En 1890, il est aumônier de l’Hôpital de SAINT-MANDRIER puis Au 1er janvier 1892, sur le croiseur « DUBOURDIEU« , Aumônier de division auprès du Contre-amiral Émile PARRAYON, Commandant en chef le Division navale de l’Océan Pacifique.

Le 20 septembre 1893, il est en service à l’Hôpital maritime de PORT-LOUIS.

Il arrête l’aumônerie en 1895.

De ces voyages, L’abbé PANNETIER rapportera quelques souvenirs qui seront confiés pour certains au musée d’Angers selon les indications trouvées sur le site Persée (persee.fr) .

extrait du livre « Les collections américaines du musée d'Angers » de Henri Reichlein :

3 : Retour à la vie civile au presbytère de l'église de Chéronnac

L’abbé PANNETIER sera ensuite prêtre à Pensol (Haute-Vienne) de 1895 à 1899 puis à Chéronnac à partir de 1899.

Il fut aidé au presbytère par Louise Anne René LAFFAY veuve d’Oscar François Philippe PARENT. Celle-ci est également originaire de la Sarthe où elle est née le 13 avril 1840 à LA FLECHE. Elle décèdera au presbytère le 14 mai 1917. L’abbé PANNETIER en fut un des témoins.

Acte de décès louise LAFFAY , extrait archives départementales Haute Vienne Cote 3 E 44/22

René Frédéric Casimir PANNETIER restera l’abbé de Chéronnac jusqu’à la fin de sa vie, c’est-à-dire pendant 34 ans.

Mme Jacqueline LAPOUGE raconte dans son livre « Hier, au Pays des Feuillardiers » la mort de cet abbé. 

L’abbé, se rendant régulièrement à Rochechouart, la ville voisine, louait une carriole et un âne pour faire le trajet. Celui-ci, n’étant pas castré, sentit l’odeur d’une ânesse en chaleur dans le pré voisin. Il se mit au galop, entrainant la carriole et… le brave curé dans sa course folle. Arrivé dans le virage, l’âne tenta de sauter la haie : la carriole bascula, se renversant sur l’abbé. Ce dernier, ramené à Chéronnac, mourut à son domicile des suites de ses blessures le 7 juillet 1933. »

Extrait du livre « Hier , au Pays des Feuillardiers… » de Jacqueline LAPOUGE

L’abbé PANNETIER était probablement très apprécié de ses paroissiens si l’on en croit les indications écrites sur sa tombe

Tombe de l'Abbée PANNETIER et MMe Anne LAFFAY veuve PARENT
détail tombe MMe LAFFAY veuve PARENT
détail tombe de l'Abbé PANNETIER Photos prises par Pascale Burnol au cimetière de Chéronnac

Remerciements

La réalisation de cet article a pu être faite grâce aux informations et au travail trouvés :

Je les remercie très chaleureusement pour ces partages d’informations qui font évoluer les connaissances de chacun.

Merci d’avoir pris du temps pour lire cet article. Si vous l’avez aimé, n’hésitez pas à le partager et/ou à mettre un commentaire. 

Si vous avez des questions ou souhaitez échanger sur le sujet, vous avez également la possibilité de m’envoyer un message via le formulaire de la page contact.

Cet article a 4 commentaires

  1. Noëline Visse

    L’amour fait parfois des dégâts ! 
    Bel article sur ce fameux curé de  Chéronnac 🙂

  2. Magali Charpentier

    Magnifique article qui rend un bel hommage à un homme qui aurait pu rester un simple curé de campagne comme tant d’autres.

Laisser un commentaire